ACCUEIL

Consignes aux
auteurs et coordonnateurs
Nos règles d'éthique

APPEL À
CONTRIBUTION
Médias sociaux, bénévolat et lien social

Épistémologies des sciences de l’info et de la com...

Enjeux et apports des recherches en humanités num...

Evolution des systèmes de gestion des connaissances et d’intelligence éco
En savoir plus >>
Autres revues >>

Les Cahiers du Numérique

1622-1494
Les Cahiers du Num���������rique
 

 ARTICLE VOL 6/2 - 2010  - pp.13-18
TITRE
INTRODUCTION. Appropriation, usages et ergonomie des espaces d’expression numériques

RÉSUMÉ

Ce numéro est centré sur l’appropriation des nouveaux supports numériques à partir de leurs usages réels. Or, il est remarquable de constater que ces usages ne constituent pas la source d’inspiration majeure des politiques de conception des innovations. En effet, comme l’explique Gérald Gaglio à partir de son expérience auprès d’un grand opérateur de téléphonie mobile, les offres en matière de supports numériques reposent pour l’essentiel sur un imaginaire technologique et des focus groups, au lieu de se fonder sur les usages réels, notamment les études ethnographiques ou des évaluations rigoureuses auprès des utilisateurs ici et maintenant. C’est dans cette perspective qu’Yves Ardourel, dans une étude approfondie du fonctionnement du dispositif universitaire Canal U (plus de 1.300.000 visiteurs en 2009) annonce la mise en ligne d’un questionnaire avant de recueillir l’avis des utilisateurs. Parmi les autres pistes étudiées, il évoque la mise en place d’une logique « Wiki ». Jusqu’à présent, note-t-il, les usages sur lesquels se fondent principalement les politiques de développement de Canal U sont les usages envisagés par les concepteurs. Le modèle de la diffusion est prédominant.

Dans une optique de dépassement de logiques exclusivement descendantes, Julien Figeac analyse des enregistrements vidéos obtenus par des utilisateurs de TV mobile à partir de lunettes caméra. Les recherches ethnographiques de l’auteur, déjà entreprises dans le cadre de son expérience chez un autre grand opérateur de téléphonie mobile, permettent de comprendre le renouvellement de la coordination sociale dans l’espace public pour l’usager en situation d’engagement visuel et auditif. Le dispositif méthodologique permet de décrire les orientations des regards des usagers et ainsi de rendre compte des modalités de participation aux formes simples de la coordination sociale. Des captures d’écran des enregistrements vidéo témoignent de cet ancrage in situ qui permettent de dépasser les usages projetés par les entreprises.

La recherche entreprise par Jean-Paul Fourmentraux dans le cadre d’un contrat avec l’Agence nationale de la recherche (ANR) est pour sa part centrée sur la participation du public à la création numérique. À l’appui de nombreux exemples (illustrés par plusieurs captures d’écran), il montre comment le contrat de réception est modifié par les actions de l’internaute sur l’image interface. Le Net art repose principalement sur l’intervention du public. Tout est agencé, écrit J. P. Fourmentraux, « pour redonner la main au récepteur et le sortir de la contemplation esthétique ». L’auteur se propose d’étudier les différentes modalités de cette implication du public dans ces espaces d’expression.



AUTEUR(S)
Bruno HÉNOCQUE, Elie PELORCE, Lise VIEIRA

LANGUE DE L'ARTICLE
Français

 PRIX
GRATUIT
   
ACCÉDER A L'ARTICLE COMPLET  (112 Ko)



Mot de passe oublié ?

ABONNEZ-VOUS !

CONTACTS
Comité de
rédaction
Conditions
générales de vente

 English version >> 
made by WAW Lavoisier