ACCUEIL

Consignes aux
auteurs et coordonnateurs
Nos règles d'éthique

APPEL À
CONTRIBUTION
Médias sociaux, bénévolat et lien social

Épistémologies des sciences de l’info et de la com...

Enjeux et apports des recherches en humanités num...

Evolution des systèmes de gestion des connaissances et d’intelligence éco
En savoir plus >>
Autres revues >>

Les Cahiers du Numérique

1622-1494
Les Cahiers du Num���������rique
 

 ARTICLE VOL 4/1 - 2003  - pp.153-176
TITRE
De la corbeille à l'internet

RÉSUMÉ

Extraits : Bien que son origine remonte à l'Antiquité, la Bourse tient son nom d'une famille de marchands de Bruges, les Van der Bürse, dont l'hôtel particulier tint le rôle de première Bourse au XIVe siècle. Quelques siècles plus tard, en France, le Consulat et le Premier Empire tracent, pour la première fois, les contours d'un cadre organisé réglementant les compétences et les responsabilités publiques et professionnelles. Pendant des lustres, les Bourses françaises, malgré les révolutions économiques, industrielles et politiques ont ainsi fonctionné suivant les mêmes principes et sur des méthodes et règlements qui n'ont guère varié en dépit de quelques adaptations consenties ça et là. En l'état, c'est le modèle de bourse qu'ont accueilli le XIXe siècle et une grande partie du XXe siècle. De ce fait, un boursier, ami ou non d'Honoré de Balzac, aurait pu revenir en Bourse en 1975 sans être très dépaysé. « Les agents de change ont leur entrée et leur vestiaire. Au fur et à mesure des décès ou des départs à la retraite, on se déplace d'un crochet. C'est le tourniquet de la mort ! ». Sans nul doute aurait-il constaté des modifications vestimentaires. Il y aurait également croisé des femmes au rez-de-chaussée alors qu'à son époque, celles-ci devaient se tenir dans une galerie du premier étage2. Mais la même [...]

AUTEUR(S)
Michel RUIMY

LANGUE DE L'ARTICLE
Français

 PRIX
GRATUIT
   
ACCÉDER A L'ARTICLE COMPLET  (202 Ko)



Mot de passe oublié ?

ABONNEZ-VOUS !

CONTACTS
Comité de
rédaction
Conditions
générales de vente

 English version >> 
made by WAW Lavoisier