ACCUEIL

Consignes aux
auteurs et coordonnateurs
Nos règles d'éthique

APPEL À
CONTRIBUTION
Médias sociaux, bénévolat et lien social

Épistémologies des sciences de l’info et de la com...

Enjeux et apports des recherches en humanités num...

Evolution des systèmes de gestion des connaissances et d’intelligence éco
En savoir plus >>
Autres revues >>

Les Cahiers du Numérique

1622-1494
Les Cahiers du Num���������rique
 

 ARTICLE VOL 11/1 - 2015  - pp.15-40  - doi:10.3166/lcn.11.1.15-40
TITRE
UN OBJET CULTUREL DIGITAL. Le cas de la « restauration » de l’Ecce Homo de Borja

TITLE
A digital cultural object: the case of the Ecce Homo de Borja restoration

RÉSUMÉ

Le 7 août 2012, le Centro de Estudios Borjanos à Borja, en Espagne, publie sur son blog son « profond regret » (profundo pesar) après avoir découvert ce que le centre décrit comme « un fait inqualifiable » (hecho incalificable, Cesbor, 07.08.2012) : une peinture murale attribuée au peintre espagnol Elías García Martínez (1858-1934), située dans l’église du Sanctuaire de la Miséricorde de Borja, a été restaurée de telle manière que le sujet initial – l’Homme de Douleur, couronne d’épines et manteau pourpre de la dérision, levant les yeux aux ciel – peut à peine être reconnu. L’affaire est rapidement diffusée dans la presse internationale et prend une ampleur inattendue, suscitant moquerie et empathie pour ce cas de restauration qualifié de « raté » par presque tous les commentateurs dans la presse et sur Internet. Le visage de l’ Ecce homo transformé par cette « restauration » donne lieu à une multitude de réinterprétations sur le Web 2.0, devenant un véritable phénomène sur les supports d’expression digitale. Nous souhaitons proposer dans cet article une première analyse de ce phénomène, conscients d’appartenir à trois domaines de recherche fort différents – l’histoire de l’art, la théologie et la sociologie. Nous ancrons méthodologiquement notre analyse dans le champ de recherche récent et multiforme des « humanités digitales » qui se distingue par son caractère transdisciplinaire. Leurs premières pratiques de recherche ont largement consisté à réfléchir sur l’impact des technologies numériques sur la connaissance, « sur les modifications que ces techniques génèrent du point de vue de la formation et de la transmission de la connaissance en sciences humaines » (Clivaz et al. 2011). À ce questionnement émergeant au sein des branches historiques et littéraires, s’ajoutent des travaux menés entre chercheurs en sciences humaines et so ciales, notamment dans le cadre de la plate-forme « Humanités Digitales@Unil » et au sein du Laboratoire de cultures et humanités digitale s de l’Université de Lausanne. Ils invitent à développer également l’analyse des acteurs, médiations et réseaux sociotechniques qui interviennent dans les productions et usages de ces techniques. Cette étude présente une première enquête documentaire sur cet objet culturel digital, qui demanderait notamment à être développée dans le sens de l’analyse des acteurs et médiations, par le biais d’interviews et d’une enquête de terrain, comme nous le soulignerons.



ABSTRACT

In August 2012, the Centro de Estudi os Borjanos of Borja, in Spain, published on his blog his “deep regret s” after having discovered what the centre calls an “unspeakable act”: a mural painting, situated in the Sanctuary of Mercy Church, has been restored in such a manner that the original subject – the Man of Sorrow – can hardly be recognized. The case is rapidly diffused by the in ternational press and resulted in an unexpected dimension, sparking mockery and empathy. Almost all commentators in the press and on th e Internet described the case as “botched restoration”. In cont rast, the face of the Ecce Homo, transformed by this “restoration ” gave rise to a variety of reinterpretations on the Internet. This article seeks to analyze the phenomenon of a collective re-a ppropriation made possible by the Web 2.0.



AUTEUR(S)
Nathalie DIETSCHY, Claire CLIVAZ, Dominique VINCK

LANGUE DE L'ARTICLE
Français

 PRIX
• Abonné (hors accès direct) : 7.5 €
• Non abonné : 15.0 €
|
|
--> Tous les articles sont dans un format PDF protégé par tatouage 
   
ACCÉDER A L'ARTICLE COMPLET  (861 Ko)



Mot de passe oublié ?

ABONNEZ-VOUS !

CONTACTS
Comité de
rédaction
Conditions
générales de vente

 English version >> 
made by WAW Lavoisier