ACCUEIL

Consignes aux
auteurs et coordonnateurs
Nos règles d'éthique

APPEL À
CONTRIBUTION
Médias sociaux, bénévolat et lien social

Épistémologies des sciences de l’info et de la com...

Enjeux et apports des recherches en humanités num...

Evolution des systèmes de gestion des connaissances et d’intelligence éco
En savoir plus >>
Autres revues >>

Les Cahiers du Numérique

1622-1494
Les Cahiers du Num���������rique
 

 ARTICLE VOL 4/3-4 - 2003  - pp.135-165
TITRE
Le tatouage de données audiovisuelles

RÉSUMÉ

Dans la fin des années 1990 s'est manifestée une effervescence médiatique, mais également scientifique autour d'une nouvelle discipline, le plus souvent associée à des préoccupations de type sécurité. Ce thème de recherche, désigné dans les publications en langue anglaise par le terme watermarking, a été baptisé en français tatouage ou encore aquamarquage. Une des motivations premières était la protection du copyright ou, ce qui est très légèrement différent, la protection du droit d'auteur. La croissance littéralement explosive des nombres de canaux de diffusion (télévisions satellite et câble, technologies internet, ATM et ADSL) a entraîné une croissance fulgurante de la consommation des divertissements et a simultanément rendu de plus en plus difficile, pratiquement et économiquement, le contrôle du respect des droits par les diffuseurs professionnels. Pire encore, la généralisation à très bas coût des systèmes numériques puissants en termes de capacité de calcul et de stockage puis l'avènement des techniques de compression efficaces des contenus audio et vidéo a favorisé le piratage par les particuliers à l'échelle planétaire. Or le chiffrement des données (ou l'embrouillage des signaux analogiques) ne peut être d'aucun secours dès lors que des formes non chiffrées doivent circuler, en particulier pour des raisons de compatibilité avec les parcs de matériels existants ou simplement pour l'utilisation finale. Il n'était pas imaginable (contrairement à ce qui commence à se dessiner à présent), pour des raisons économiques, et peut-être aussi psychologiques, [...]

AUTEUR(S)
Philippe NGUYEN, Sèverine BAUDRY

LANGUE DE L'ARTICLE
Français

 PRIX
GRATUIT
   
ACCÉDER A L'ARTICLE COMPLET  (237 Ko)



Mot de passe oublié ?

ABONNEZ-VOUS !

CONTACTS
Comité de
rédaction
Conditions
générales de vente

 English version >> 
made by WAW Lavoisier