ACCUEIL

Consignes aux
auteurs et coordonnateurs
Nos règles d'éthique

APPEL À
CONTRIBUTION
Enjeux et apports des recherches en humanités numériques
En savoir plus >>
Autres revues >>

Les Cahiers du Numérique

1622-1494
Les Cahiers du Num���������rique
 

 ARTICLE VOL 5/1 - 2009  - pp.11-17  - doi:10.3166/lcn.5.1.11-17
TITRE
INTRODUCTION. Réduire la fracture numérique, une question de justice sociale ?

RÉSUMÉ
La « fracture numérique » est la traduction de l’expression américaine : digital divide, phénomène de polarisation par rapport à la dimension universelle de la mise en oeuvre de la « société de l’information ». Elle est l’expression communicationnelle de la mondialisation des échanges, voire de la globalisation. La « fracture numérique » est donc un « outil » permettant de marquer, du moins sur le plan communicationnel, la distance entre le local et le global, c’est-à-dire, la difficulté pour certaines « localités », « individualités », voire « particularités », de s’insérer dans cette « globalité » qui serait la « société en réseau » (Castells, 1998), autre version du « village planétaire » telle que prédite par Marshall Mc Luhan. Dans la « société en réseau » qui succède à la société industrielle, l’état social est défini par un nouveau mode de développement, « informationnel ». Il est caractérisé par « l’action du savoir sur le savoir même comme source principale de la productivité ». Les technologies de l’information et de la communication (TIC) apparaissent, dans ce cadre, comme un vecteur de productivité et par extension, de bien être individuel et collectif. L’e-inclusion telle qu’elle nous est proposée consisterait donc à établir des passerelles (digital bridges) qui relieraient ces différentes « singularités » avec l’idée de développer un monde uni, dans lequel nous serions tous connectés au sein d’un réseau mondial. Cette « réconciliation de la grande famille humaine » pour reprendre les termes d’Al Gore, nous ramène à la pensée de Marshall Mac Luhan souvent contredite par le fait que la société est un ensemble multiforme qui ne peut être réduit au simple fait technologique. Dès lors, une chose semble évidente, la « fracture numérique » n’est pas ce fossé entre des espaces déshumanisés, le Nord et le Sud mais une variation dans l’accès, les usages et les bénéfices tirés des TIC dans leur diversité.

AUTEUR(S)
Alain KIYINDOU

LANGUE DE L'ARTICLE
Français

 PRIX
GRATUIT
   
ACCÉDER A L'ARTICLE COMPLET  (138 Ko)



Mot de passe oublié ?

ABONNEZ-VOUS !

CONTACTS
Comité de
rédaction
Conditions
générales de vente

 English version >> 
Lavoisier