ACCUEIL

Consignes aux
auteurs et coordonnateurs
Nos règles d'éthique

APPEL À
CONTRIBUTION
Enjeux et apports des recherches en humanités numériques
En savoir plus >>
Autres revues >>

Les Cahiers du Numérique

1622-1494
Les Cahiers du Num���������rique
 

 ARTICLE VOL 5/1 - 2009  - pp.147-168  - doi:10.3166/lcn.5.1.147-168
TITRE
FRACTURE NUMÉRIQUE CHEZ LES SENIORS DU 4E ÂGE. Observation d'une acculturation technique

TITLE
Digital divide and very old seniors. A technical acculturation observation

RÉSUMÉ
En vieillissant, les personnes âgées (PA) accumulent les « handicaps » : sociaux, physiques, psychologiques ou cognitifs (Gorgeon et Léridon, 2001 ; Plonton, 2003). Il s’agit d’abord d’un déclin cognitif (avec une réduction des possibilités d’adaptation, des désapprentissages, de la démotivation, des difficultés de mémorisation…) et des dégradations psychologiques importantes (marquées par une plus grande vulnérabilité psychologique, l’absence de nouveaux investissements, une atteinte de l’estime de soi, la dépression...). L’effritement de l’identité et du lien social est également spécifique de cette génération (Meire, 1992 ; David et Starzec, 1996). Avec le grand âge, on observe ainsi un repli de la personne sur le domicile et un affaiblissement significatif de ses rôles sociaux et familiaux, une vie par procuration, des conduites régressives (alimentation, hygiène, usages sociaux), une perte de but et d’identité conduisant à un état d’anomie (Atchley, 1980). Ce désengagement social s’exprime notamment par la diminution du niveau d’interaction sociale tant par la fréquentation que par le degré d’implication. Ainsi près de 65 % des plus de 75 ans vivent une situation d’isolement, c’est-à-dire qu’ils n’ont ni sorties, ni relations, ni contacts téléphoniques avec des tiers (famille, amis…) (David et Starzec, 1996). Diverses recherches se sont ainsi développées pour cerner les attentes et besoins des PA et voir le bénéfice que pouvait produire les technologies sur leurs conditions de vie. Ces approches regroupées sous le terme de « gérontechnologie » s’appuient sur des dispositifs technologiques qui peuvent aider les PA à identifier et ralentir les effets de l’âge sur les systèmes neuronaux ou locomoteurs (Micera et al., 2008). En réduisant les diverses dégradations sensori-motrices ou cognitives, elles peuvent améliorer la qualité de vie et la capacité que peuvent avoir les PA à participer aux activités journalières, à favoriser le maintien à domicile (en réduisant les séjours dans les résidences spécialisées (hôpitaux, EHPAD1, maison de retraite…) et aussi accroître leur autonomie. A titre d’exemples, Furness (2007) présente un sol qui est capable de suivre les mouvements des seniors et donner l’alerte en cas de chute, ou encore un ordinateur intégré à une armoire à pharmacie qui vérifie la prise de médicaments et alerte en cas d’erreur. Parmi les dispositifs TIC on peut citer les portails web comme Care Online (Osman, 2005) ou NIH Senior Health (Morrell, 2005), les outils de messageries spécifiquement adaptées (Dickinson et al., 2005) ou les jeux de stimulations cognitives (Activital, 2008).

AUTEUR(S)
Christine MICHEL, MARC-ÉRIC BOBILLIER-CHAUMON, Franck TARPIN-BERNARD

LANGUE DE L'ARTICLE
Français

 PRIX
GRATUIT
   
ACCÉDER A L'ARTICLE COMPLET  (266 Ko)



Mot de passe oublié ?

ABONNEZ-VOUS !

CONTACTS
Comité de
rédaction
Conditions
générales de vente

 English version >> 
Lavoisier