ACCUEIL

Consignes aux
auteurs et coordonnateurs
Nos règles d'éthique

APPEL À
CONTRIBUTION
Enjeux et apports des recherches en humanités numériques
En savoir plus >>
Autres revues >>

Les Cahiers du Numérique

1622-1494
Les Cahiers du Num���������rique
 

 ARTICLE VOL 9/3-4 - 2013  - pp.9-14  - doi:10.3166/lcn.9.3-4.9-14
TITRE
INTRODUCTION. Ritualités numériques

RÉSUMÉ

De prime abord, on pourrait considérer que tout oppose la sphère rituelle et les nouveaux univers numériques, et qu’il y a là deux mondes inconciliables. D’un côté, les traditions, le formalisme et l’ordre institué, l’architecture symbolique et la théâtralité tous inhérents à la ritualité ; de l’autre, une nébuleuse technologique hypermoderne et en perpétuelle évolution, synonyme de mobilité et de nomadisme, sur fond de connectivité accrue. De même, on discerne sans peine deux temporalités aux antipodes, avec d’une part celle lente et cérémonieuse des rites, et de l'autre l'instantanéité caractérisant les univers numériques.

Mais à y bien regarder, on peut relever entre la ritualité et les technologies numériques d’information et de communication de nombreux points de convergence, d’évidentes passerelles, et des « hybridations », aussi. Celles-ci permettent de voir émerger depuis deux décennies environ des pratiques sociales nouvelles, organisées par des « structures qui relient », encore, mais différemment, pour reprendre la célèbre métaphore batesonienne.

Une culture numérique a émergé dans les réseaux numériques avec ses langages, ses codes et ses rythmes, qui se drapent de symbolique (c’est-à-dire d’identité, d’appartenance) et qui à ce titre, possèdent leur part assumée de ritualité. Et les dispositifs numériques, souvent immersifs (MMORPG, chat ...), permettent en quelque sorte d’entrer dans un autre espace-temps, instaurant une parenthèse avec ses règles intrinsèques ; tout comme la ritualité.

Les anthropologues nous ont appris que celle-ci propose ou impose une parenthèse sociale fortement symbolique, elle instaure une autre temporalité, exerce une action quasi magique sur les identités et les corps (ou sur les représentations de ceux-ci), tout en scénarisant, esthétisant et dramatisant tout à la fois ce qu’elle donne à vivre à ses acteurs ; or, tous ces traits ou principes peuvent se retrouver, toutes choses égales par ailleurs, dans certaines pratiques numériques, on y revient.

Plus spécifiquement, les réseaux sociaux et les sites de rencontres produisent des relations qui se fondent sur une résille de nouveaux rites, moins incidents qu’ils n’y paraissent. D’aveu d’internautes, la violence des relations numérisées, quand elle s’exprime, provient précisément de l’absence de rites. Et quand « la greffe prend » entre deux internautes, selon les témoignages, c’est que la relation se ritualise, et exporte vers le Net des rites de la vraie vie (Lardellier, 2012).

La ritualité, comme principe, et les rites, comme expressions concrètes de la pensée symbolique, constituent l’un des objets de prédilection de l’anthropologie. [...]



AUTEUR(S)
Pascal LARDELLIER

LANGUE DE L'ARTICLE
Français

 PRIX
GRATUIT
   
ACCÉDER A L'ARTICLE COMPLET  (88 Ko)



Mot de passe oublié ?

ABONNEZ-VOUS !

CONTACTS
Comité de
rédaction
Conditions
générales de vente

 English version >> 
Lavoisier