ACCUEIL

Consignes aux
auteurs et coordonnateurs
Nos règles d'éthique
Autres revues >>

Les Cahiers du Numérique

1622-1494
Les Cahiers du Num���������rique
 

 ARTICLE VOL 13/2 - 2017  - pp.75-104  - doi:10.3166/LCN.13.2.75-104
TITRE
Médias sociaux et associations d'aidants familiaux. Risques opportunités ?

TITLE
Social media and associations of family caregivers. Risks or opportunities?

RÉSUMÉ

L’objectif de l’article est d’étudier comment des associations intègrent les médias sociaux dans leurs pratiques de communication externe et de recrutements d’adhérents à partir d’un terrain précis, celui des associations d’aidants familiaux. Comment utilisent-elles les médias sociaux ? Arrivent-elles par ce biais à toucher ces aidants proches de personnes malades ou handicapées, aidants très souvent en situation d’isolement ? Au terme de ce travail, il apparaît que les associations gérées par des bénévoles ne parviennent pas à tisser sur Facebook un véritable lien social entre les différentes parties prenantes gravitant autour de la personne dépendante. Elles n’y obtiennent pas une visibilité à la hauteur de leurs investissements et de leurs rôles sur le terrain. La principale raison tient au manque de temps, de stratégies et de compétences nécessaires pour mettre en place une démarche de communication ad hoc. Or, à l’inverse, les organisations lucratives du secteur (assurances, banques, etc.) parviennent à valoriser leurs messages, y compris, leurs offres de services en initiant et développant des conversations numériques sur les sujets de préoccupations des aidants et de leurs proches. De telle sorte que le risque des associat ions d’aidants familiaux est alors moins de perdre leur âme à communiquer sur les médias sociaux que d’y être bien moins visible que les organisations lucratives.



ABSTRACT

The objective of the article is to study how associations integrate the social media into their practices of external communication and members' recruitment from a precise ground, that of the associations of family caregivers. How do they use the social media? Do they manage by this way to affect these caregivers close to sick people or disabled women, caregivers very often in situation of isolation? In the term of this work, it seems that associations managed by volunteers do not succeed in weaving on Facebook a real social link between the various stakeholders revolving around the dependent person. They do not obtain a visibility as high as their investments and as their roles on the ground there. The main reason holds the lack of time, strategies and necessary skills to set up an approach of communication ad hoc. Yet, on the contrary, the lucrative organizations of the sector (insurances, banks, etc.) succeed in valuing their messages, including, their services by introducing and by developing digital conversations on the subjects of concerns of the caregivers and of their close friends. So that the risk of the associations of family caregivers is then less to lose their soul to inform on the social media that to be much less visible than the lucrative organizations there.



AUTEUR(S)
Christelle CHAUZAL-LARGUIER, Sébastien ROUQUETTE

LANGUE DE L'ARTICLE
Français

 PRIX
• Abonné (hors accès direct) : 7.5 €
• Non abonné : 15.0 €
|
|
--> Tous les articles sont dans un format PDF protégé par tatouage 
   
ACCÉDER A L'ARTICLE COMPLET  (387 Ko)



Mot de passe oublié ?

ABONNEZ-VOUS !

CONTACTS
Comité de
rédaction
Conditions
générales de vente

 English version >> 
Lavoisier