ACCUEIL

Consignes aux
auteurs et coordonnateurs
Nos règles d'éthique

APPEL À
CONTRIBUTION
Dispositifs numériques et organisations

Récits en mouvements & journalisme numérique
En savoir plus >>
Autres revues >>

Les Cahiers du Numérique

1622-1494
Les Cahiers du Num���������rique
 

 ARTICLE VOL 14/3-4 - 2018  - pp.77-105
TITRE
QUELLE RÉFLEXIVITÉ SUR LES ESPACES POLÉMIQUES DE TWITTTER ? Inscrire sa trace et s’engager dans des conversations autour des talk-shows « On n’est pas couché » et « Touche pas à mon poste »

TITLE
Which kind of reflexivity on polemical Twitter’s spheres? To put his own track and to engage in micro-conversations following talk shows like ONPC and TPMP

RÉSUMÉ

Nous analysons dans cet article les espaces publics conversationnels de Twitter qui commentent la diffusion de quatre talk-shows, « On n’est pas couché » (ONPC, France 2) et « Touche pas à mon poste » (TPMP, C8), et la présence de violences de genre, à partir d’une analyse ethnographique. Ils donnent une matérialité aux voix du public, réduit au rôle de figurant sur les espaces télévisuels et pourraient constituer des « tiers espaces » essentiels à la démocratie. Ils donnent à voir un public engagé, participatif. Ils offrent une pluralité souvent absente des émissions qu’ils commentent : publication de points de vue dissidents, de critiques vives des émissions, qui construisent des formes de réflexivité. Inscrire sa trace dans ces espaces publics et y défendre un point de vue personnel relève néanmoins d’une forme de contre-figuration vis-à-vis des doubles dispositifs médiatiques (ceux de la télévision et de la plateforme) dans lesquels s’encastrent ces expressions. Ceux-ci visent d’autres objectifs (maximisation de l’audience, de la réactivité, de la captation des données personnelles) et favorisent l’affirmation de soi sur un ton péremptoire et souvent polémique. Ils encouragent la formation de camps antagonistes rendant difficile la compréhension mutuelle, voire favorisant la diffusion de discours sexistes et homophobes.



ABSTRACT

We analyze in this article the public conversational Twitter’s spheres following four talk shows, ONPC (France 2) and TPMP (C8), and commenting acts of gender violence inside with an ethnographic methodology. They offer a materiality to the public’s voices reduced in the TV shows to the role of an extra. They could constitute “third spaces” vital in democracy. These micro-conversations show an engaged and participative public. They offer a plurality that is often lacking in the commented TV shows: publications of dissenting views, fierce criticism on the shows, that builds ways of reflexivity. To stamp his own track on these public spheres, to defend a personal point of view remains nevertheless a form of counter-figuration regarding the double devices (those of the TV shows and those of the online platform) where remarks embed themselves. These devices have other goals (maximizing audience, velocity and capture of personal data) and promote self-affirmation in a peremptory and controversial way. They encourage the development of antagonistic camps that makes mutual understanding difficult and stimulates the spread of sexist and homophobic discourses.



AUTEUR(S)


LANGUE DE L'ARTICLE
Français

 PRIX
• Abonné (hors accès direct) : 7.5 €
• Non abonné : 15.0 €
|
|
--> Tous les articles sont dans un format PDF protégé par tatouage 
   
ACCÉDER A L'ARTICLE COMPLET  (361 Ko)



Mot de passe oublié ?

ABONNEZ-VOUS !

CONTACTS
Comité de
rédaction
Conditions
générales de vente

 English version >> 
Lavoisier